A Clermont-Ferrand, on préfère les chats libres aux chats errants

Aller en bas

A Clermont-Ferrand, on préfère les chats libres aux chats errants

Message  Bianca le Lun 2 Juil - 22:05


Cela fait 10 ans que la ville de Clermont-Ferrand a mis en place une politique de stérilisation et de soins pour mettre fin à la surpopulation féline dans l’agglomération.
On ne parle plus de chats errants, mais de chats libres !
D’autres villes comme Rennes, Béziers, Amiens ou la Communauté du Grand Nancy mènent la même politique pour enrayer la prolifération de chats.
A Clermont-Ferrant, on reconnait le statut de chat libre. Cela signifie qu’un chat qui vit dans la rue peut y rester, s’il est sain et stérilisé.

Comment contrôler la population féline ?

Sur demande de la ville, la fourrière « Chenil Service » se rend là où il y a une nouvelle concentration de chats errants ou abandonnés, mais n’intervient que s’il y a une femelle allaitante afin que les individus les plus jeunes soient nourris une fois à la fourrière.

Les chats souffrant de maladies graves infectieuses ou contagieuses doivent être euthanasiés. C’est aussi, malheureusement, le cas des portées de chatons de moins de 6 semaines abandonnées sur la voie publique. Non sevrés, non accompagnés de leur mère, leur survie est quasi impossible en fourrière.
Les chats dits « non sociables », qui ne peuvent ni être manipulés, ni soignés, ni vaccinés et se montrent particulièrement agressifs peuvent aussi être euthanasiés.

Les autres chats sont soignés, vaccinés, stérilisés. Ils sont gardés en convalescence plusieurs jours avant d’être remis en liberté là où ils ont été trouvés.

Des chats libres qui peuvent être adoptés

Ces chats en pleine santé et fraichement identifiés deviennent la propriété de la ville de Clermont-Ferrand. En 2011, ce sont 67 chats qui ont été capturés et 43 qui ont été relâchés avec le statut de « chat libre ». Depuis 2001, ils sont plus de 500 chats à avoir été relâchés.

Les habitants de la ville peuvent tout à fait adopter un des chats libres de la ville si le cœur leur en dit. Fin 2011, il y a d’ailleurs eu 2 demandes d’adoption de chat.

Toutefois, cette politique a un coût : pour un chat, il faut compter 80 euros de chirurgie et 50 euros de garde pour convalescence. Soit au total sur 10 ans, plus de 65 000 euros pour le bien-être de nos matous ! mais ils en valent la peine n’est-ce pas ?


avatar
Bianca
Admin

Messages : 579
Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 67
Localisation : Royan (Charentes-Maritimes)

http://club-animaux.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum