Pendue, la vilaine nourrice anglaise qui tuait ses bambins

Aller en bas

Pendue, la vilaine nourrice anglaise qui tuait ses bambins

Message  Bianca le Jeu 11 Oct - 14:01


Quand, le 11 octobre 1870, Margaret Waters monte sur l'échafaud pour y être pendue, elle ne comprend toujours pas ce qu'on lui reproche. Officiellement, le tribunal l'a condamnée à mort pour l'assassinat du petit John Walter Cowen, qu'elle avait en pension. Elle est également soupçonnée de la disparition de 17 autres nourrissons. Mais quelle erreur judiciaire ! Quelle injustice ! Il aurait fallu, au contraire, lui remettre une médaille. N'a-t-elle pas fait oeuvre d'utilité publique en recueillant les nourrissons non désirés de filles-mères ? Si, par la suite, ils sont morts de malnutrition ou de maladie, ce n'est vraiment pas de sa faute. Elle a beau se défendre, la voilà qui se balance au bout d'une corde, à seulement 34 ans.

Margaret Waters est une des sept nourrices pendues durant l'ère victorienne pour "baby farming", ce que l'on pourrait traduire par "élevage de bébés". En fait, ces nounous sont accusées d'un commerce ignoble : accepter d'adopter des nourrissons contre une jolie somme (entre cinq et dix livres), puis s'en débarrasser en les laissant mourir de faim ou de maladies. Tout le monde y trouve son compte. Les filles-mères évitent la déchéance sociale, la nourrice crée un petit commerce florissant. Et les pauvres gosses ne traînent pas trop longtemps sur terre, dans l'enfer de la société victorienne. Pour sauver les apparences, les nourrices font croire aux jeunes mamans qu'elles placent leurs bébés dans des familles d'accueil.



Pute ou bonne

Margaret Waters bascule dans ce sinistre commerce bien malgré elle. C'était ça ou s'inscrire à Pôle emploi... Au début des années 1860, Margaret est une femme respectable, mariée, habitant Brixton, un quartier de Londres. Mais son époux l'abandonne, l'obligeant à trouver un job pour gagner sa vie. Pas facile à l'époque. En ville, le choix, pour une femme seule, se borne entre pute ou bonne. Mais Margaret est une femme ambitieuse qui décide de monter un petit commerce de couture pour fabriquer des cols et autres accessoires d'habillement. Elle s'endette pour acquérir une maison et des machines à coudre. Seulement, elle se révèle vite aussi douée pour les affaires que Lady Gaga pour le chant. C'est la faillite. Pour s'en tirer, elle loue les chambres de sa maison, mais cela ne suffit pas à régler ses créanciers. Elle déménage donc dans un quartier plus miséreux, cherchant une activité pour gagner sa vie.

En lisant le journal, son attention est attirée par les nombreuses publicités de nourrices proposant leurs services. Cela lui donne une idée qu'elle met aussitôt en application. Dans plusieurs gares londoniennes, elle placarde des annonces disant qu'elle est prête à adopter des enfants pour une dizaine de livres. Bientôt, plusieurs filles-mères la contactent pour lui remettre leurs nourrissons avec la somme demandée. Margaret et sa soeur Sarah Ellis, qui l'aidait, expliqueront après leur arrestation qu'elles s'adressaient alors à une vraie nourrice, à qui elles confiaient l'enfant en payant d'avance une pension de 15 jours. Seulement, elles ne revenaient jamais. "Aucune nourrice ne m'a jamais demandé mon adresse", déclarera-t-elle plus tard aux juges. La combine est astucieuse, mais les filles-mères ne se bousculent pas au portillon. Margaret ne parvient toujours pas à rembourser ses dettes. Est-ce alors qu'elle choisit délibérément de laisser mourir "ses bébés" adoptifs pour économiser le paiement des 15 jours de nourrice ? C'est ce que la justice britannique suppose et qu'elle conteste.



Diarrhées et convulsions

Margaret affirme qu'au moins cinq de ses petits anges sont morts "naturellement" de diarrhées ou encore de convulsions. Il faut dire qu'à l'époque la mortalité infantile est très élevée. Faute de pouvoir leur payer un enterrement décent avec Elton John jouant du piano, elle enveloppait les mignons petits cadavres dans du papier d'emballage avant de les abandonner dans la rue. Véronique Courjault lui avait pourtant recommandé le congélateur... Quand les juges lui reprochent d'avoir laissé mourir ses poupons, elle répond : "Les parents d'enfants illégitimes qui cherchent à s'en débarrasser sont plus coupables que les personnes comme moi, et s'il n'y avait pas de tels parents, il n'y aurait pas de baby farming."

Durant son procès, elle insiste pour dire qu'elle a tout fait pour s'occuper au mieux d'eux. Pour expliquer la disparition de plusieurs bébés, elle décrit une méthode qu'elle avait mise au point. Elle descendait dans la rue avec le bébé encore vivant, puis elle accostait de jeunes enfants d'une dizaine d'années en leur disant : "Oh, que je suis fatiguée ! Prends mon enfant et voici six pence pour toi pour aller t'acheter des bonbons." Pendant que l'enfant était dans la boutique, elle s'éclipsait discrètement. Elle supposait alors que l'enfant déposait son fardeau à l'hospice général.

Les juges ne croient pas à son innocence. Ils pensent qu'elle tuait délibérément ses jeunes pensionnaires. D'où son exécution pour le meurtre du petit John Walter Cowen, tandis que sa soeur écope seulement de 18 mois de travaux forcés. Ces deux femmes étaient-elles de réelles criminelles ou les victimes d'une société victorienne terrorisée par la sexualité, poussant les filles-mères et les nourrices au crime ? La question reste posée.
avatar
Bianca
Admin

Messages : 579
Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 66
Localisation : Royan (Charentes-Maritimes)

http://club-animaux.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Re: Pendue, la vilaine nourrice anglaise qui tuait ses bambins

Message  Bianca le Ven 12 Oct - 10:10

Passe un bon week-end. Bisous.
avatar
Bianca
Admin

Messages : 579
Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 66
Localisation : Royan (Charentes-Maritimes)

http://club-animaux.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pendue, la vilaine nourrice anglaise qui tuait ses bambins

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum